Zoom sur ...

Musique

La musique classique au XXe siècle

petit panorama de la musique classique au XXe siècle...

 

Le but de ce petit article n’est pas de faire une étude sur la musique moderne et contemporaine mais plutôt de susciter la curiosité et de donner envie d’aller promener ses oreilles vers des univers qui peuvent paraître quelquefois lointains !

 

Pas d’approche didactique, mais de l’écoute et du ressenti comme porte d’entrée. Pas de longue liste interminable, mais quelques repères chronologiques et quelques œuvres à découvrir qui, je l’espère, vous inciteront à découvrir cet univers musical dense et dont les entrées sont multiples.

 

Il n’y aura donc pas d’explication sur les différentes formes musicales : tonale, atonale, sérielle, dodécaphonique, concrète… Il n’y aura pas non plus de critique interminable pour disserter sur telle ou telle œuvre ni de longues phrases pour parler d’un compositeur en particulier. Je n’en ai pas les compétences  et  de nombreux  passionnés ont déjà écrit sur ses différents sujets...

Introduction

 

Dès la fin du XIXe, de nombreux compositeurs ont modifié leurs approches de la musique en produisant des œuvres qui allaient amener à ouvrir de nouveaux horizons pour de nombreux créateurs.
Claude Debussy en utilisant de nouvelles formes musicales (Le Prélude à l'après-midi d'un faune (1892)), Erik Satie initiant la musique répétitive (Gnosienne 1 (1890) et Vexation (1893)), Schoenberg  avec La nuit transfigurée (1899).


Bien sûr d’autres musiciens de la fin du XIXe ont participé au renouveau de la musique : Richard Wagner, Moussorski, Elgar, Scriabine, Malher... c’est la période romantique qui s’étend de 1820 environ jusqu’au début du XXe.

Le XXe sera le temps du renouveau, des expérimentations et des nouvelles technologies !

Ce siècle sera découpé en deux parties :  la période moderne (début 1900 à 1945) et la période contemporaine pour la suite.

 

La période moderne

 

Les œuvres produites en ce début de siècle sont encore empruntes de la période romantique. Les créations s’éloigneront peu à peu (ou de façon plus radicale) de la manière traditionnelle de composer la musique. Bien sûr, il est très difficile de donner des dates précises car tel compositeur passera du romantisme au moderne ou un autre composera plutôt des œuvres romantiques mais emprunt de l’époque à laquelle l’œuvre est composée.

 

Avec Dans les brumes (1912), Janacek propose 4 pièces de piano avec des teintes très mélancoliques qui peuvent se rapprocher des compositions du XIX siècle. Scriabine et ses Poèmes de l’extase (1905/1908 - poème symphonique) amorce une rupture avec des compositions plus classiques.
Sergueï Rachmaninov, virtuose du piano créera la quasi totalité de ses Préludes au XXe. Il restera ancré dans les compositions romantiques du XIX (Tchaikosky, Chopin,…).

 

En 1913, la création du Sacre du printemps par Igor Stravinski va établir une rupture dans le monde musical. Ce ballet composé de plusieurs « tableaux »  ou « touches de musique » se succédant et s’imbriquant les uns aux autres va donner une dimension nouvelle à la musique : motifs répétitifs, importance des percussions,...

 

Pacific 231 (1923) par Arthur Honegger tente de reproduire à l’aide d’un orchestre symphonique les bruits d’une locomotive à vapeur... une des premières œuvres dite « urbaniste ».
À cette même période, un compositeur français, Darius Milhaud, sort une œuvre fortement inspirée du jazz : La création du monde.

 

1928 : Ravel crée une des œuvres les plus jouée au monde, Le boléro. Ce ballet, constitué d’une mélodie répétitive, évolue avec les variations de l’orchestre : 16 minutes de musique qui tout doucement évoluent vers un final « éclatant ».

 

Varèse, en 1931, met les percussions au centre de sa création Ionisation : 13 percussionnistes pour mener à bien cette œuvre de 6 minutes comportant 37 instruments y compris une sirène et un piano.

 

1936 : une composition belle, sombre et angoissante paraît : Musique pour cordes percussions et célesta de Bela Bartok. Celui-ci, dans beaucoup de ses compositions, s’est appuyé sur la musique folklorique des pays de l’Est.

 

Pour clore la première partie de ce  siècle, on peut citer Olivier Messiaen et son Quatuor pour la fin du temps (1940-41). Une œuvre d’inspiration religieuse  écrite en détention pendant la seconde guerre mondiale. Cette guerre marquera un tournant  dans l’histoire de la musique et l’évolution sera plus marquante à partir des années 50.

 

 

 

La période contemporaine

 

Dès 1950, la première grande œuvre électro-accoustique voit jour. La symphonie pour un homme seul de Pierre Schaeffer et Pierre Henry. Cette œuvre est constituée d’un assemblage de diffusion de sons enregistrés et de piano préparé.

 

1952, John Cage crée la Pièce pour piano 4’33. Aucune note au piano n’est joué mais les sons générés par les auditeurs assistant à la représentation participent à la vie de cette composition. Cette œuvre lui fut inspirée après une visite dans une chambre insonorisée ou il se rendit compte que le silence n’existait pas. Il est aussi connu pour ses sonates et interludes pour piano préparé.
Pierre Boulez, un initiateur  et un défenseur virulent de la musique contemporaine, crée en 1950 Le Marteau sans maître.

 

Ce n’est qu’en 1954 qu’Edgar Varèse utilise l’électronique dans une de ses compositions. Désert est la première œuvre mixte pour orchestre et dispositif électro-acoustique : un mélange de musique acoustique (instruments à vent, percussions, piano et diffusions de sons issus du monde urbain) et de sons diffusés. Sa création à Paris fût très mal accueillie par le public et par les critiques.


 

Karlheinz Stockhausen, en 1956, sortira la pièce pour piano Klavierstück XI. Celle-ci est  issue d’un  cycle de pièces pour piano qui ont la particularité de pouvoir être jouées de façon aléatoire. Le musicien pouvant démarrer l’œuvre où il veut en tenant compte des indications de tempo... cela crée des œuvres uniques à chaque représentation !


 

György Ligeti a eu une influence majeure durant ce siècle, il produira un grand nombre d’œuvres originales jouant avec les timbres et les sonorités. Deux compositions peuvent constituer un point de départ pour découvrir cet artiste : Lux Aeterna (1966) et Lontano (1967). Son Poème symphonique pour 100 métronomes fit scandale à sa sortie, peut-être une façon de se moquer de la musique avant-gardiste...

 

Un an avant Mai 68 sort la Messe pour le temps présent de Pierre Henry. Cette suite de danses commandée par Maurice Béjart est présentée au festival d’Avignon. Une composition classique à la frontière du rock et de la pop… Henri Dutilleux dont la carrière s’étend sur une longue période laisse dernière lui de nombreuses œuvres dont Tout un monde lointain (1970) qui restera une de ses compositions les plus célèbres.

 

Summa (1977) d’Arvo Part nous fait découvrir une œuvre apaisante emprunte de spiritualité (à découvrir dans sa version sortie chez ECM en 2016 sur le disque « The Deer's Cry » avec Vox Clamantis). Ce compositeur Estonien pouvant être associé au mouvement minimaliste a créé de nombreuses œuvres depuis les années 50 notamment d’inspiration religieuse. Associé à ce courant minimaliste (appelé aussi répétitif pour certaines œuvres), on retrouvera Terry Ryler, un des précurseurs, à découvrir avec par exemple Olson III (1967), Steve Reich avec Music for a large ensemble (1977) et John Adams avec Shaker Loops (1978). Un autre compositeur, Michael Nyman, est surtout connu pour ses nombreuses musiques de film, notamment La leçon de piano, mais il a écrit aussi de nombreuses autres œuvres (String Quartet no 1 - 1985).

 

On ne peut parler du courant minimaliste sans évoquer Philip Glass, compositeur prolifique qui est un des piliers de cette mouvance. Il est difficile de choisir parmi les nombreuses œuvres composées mais j’ai retenu Facade (1983) pour saxophones et cordes et une collaboration avec Uakti (groupe expérimental brésilien) pour le disque « Aguas da Amazonia - 1999 ».


 

Pour l'Asie, on peut citer Tōru Takemitsu qui est l'un des compositeurs classiques du Japon les plus connus, son œuvre s’étend des années 50 aux années 90. Vous pouvez découvrir à la médiathèque le disque « A flock descends » qui comprend 4 œuvres écrites entre 1977 et 1984. Il a aussi beaucoup composé pour le cinéma...

 

 

 

Pour conclure...

 

J’arrive au bout de cette présentation et j’aurais pu évoquer Leonard Berstein, Hector Villa-Lobos ou Luciano Berio, mais j’aurais aussi oublié Ianis Xenakis, Aaron Copland et Anton Webern, autant d’artistes qui ont participé à la construction de la musique du XXe siècle. Par extension, il aurait aussi été intéressant de faire un lien avec le jazz et  la musique rock…

 

Le choix est trop important et trop « subjectif », chacun pourra donc puiser dans les livres, dans les disques du réseau des médiathèques ou sur MusicMe pour approfondir ses connaissances ou juste pour se laisser porter par la musique...
 

Certains compositeurs ont été vivement critiqués lors de la sortie de certaines de leurs œuvres car ils ont été des précurseurs qui ont su, par leurs compositions, faire avancer la réflexion sur la musique.
Certaines musiques peuvent paraître quelquefois inaccessibles ou difficiles à écouter. Il est parfois nécessaire de les écouter plusieurs fois, ou d’essayer à une autre période. Comme la littérature, la peinture ou toute forme d’art, on n'est quelquefois pas disponible, pas réceptif et l’oeuvre ne résonne pas en nous ou nous renvoie des choses difficiles, mais quelle importance ! Le choix est vaste et si l’on sait rester curieux, on arrive toujours à faire des découvertes !

 

                                                                                            Philippe

 

Bibliographie sélective :

La musique du XXe siècle – Jean-Noël von der Weid  (Hachette)


1001 œuvres classiques qu’il faut avoir écouté dans sa vie (Flammarion)


Le Guide de la Musique : Une initiation par les oeuvres  - Gérard Denizeau (Larousse)


Histoire de la musique occidentale chez Fayard

 

 

Liens utiles


Sélection des bibliothécaires

La Musique du XXe siècle

Weid, Jean-Noël von der (1944-....) / Hachette littératures / impr. 2005

Ajout au panier

Le marteau sans maïtre et Livre pour cordes

Boulez, Pierre (1925-2016) / Sony Bmg Music Entertainment / 2016

Ajout au panier

Les 1.001 oeuvres classiques qu'il faut avoir écoutées dans sa vie

Flammarion / DL 2008

Ajout au panier

Oeuvres intégrales pour piano

Janacek, Leos (1854-1928) / Distrart Musique / 2004

Ajout au panier

The ECM recordings

Reich, Steve (1936-....) / Universal Music France S.a / 1982

Ajout au panier

Cinéma

Ressources en ligne